Anciens combattants utilisent Pot pour faciliter le SSPT, malgré de rares études
Mar 28, 2016

TRENTON, New Jersey (AP)--un nombre croissant d’États est pesant s’il faut légaliser la marijuana pour traiter le trouble de stress post-traumatique. Mais pour beaucoup d’anciens combattants, le débat est déjà clos.

Theyand #39 ; re plus consommer du cannabis même si elle reste illégal dans la plupart des États et est non homologué par le ministère des anciens combattants, parce que les grandes études n’ont pas encore de le montrer est efficace contre le PTSD.

Alors que la recherche a été limitée et contradictoires, certains anciens membres des forces armées dire pot aide à gérer leur anxiété, l’insomnie et cauchemars. Médicaments sur ordonnance comme Klonopin et Zoloft werenand #39 ; t efficace ou laissés envie de zombies, certains disent.

andquot ; je suis allé d’être un gâchis anxieux à moi-même d’engourdissement avec les pilules qu’ils me donnaient, andquot ; dit Mike Whiter, un ancien Marine de 39 ans, qui vit à Philadelphie, où le cannabis est illégal. andquot ; Cannabis m’a aidé à sortir du trou, en que j’étais. J’ai commencé à parler aux gens et de m’en remettre mon anxiety.andquot social ;

D’autres, cependant, ont vu peu d’avantages de la drogue. Et le VA a documenté une augmentation inquiétante du nombre de PTSD touchés par des anciens combattants qui ont été diagnostiqués avec la dépendance à la marijuana, qui disent certains experts peut entraver la récupération de traumatismes de la guerre.

Sally Schindel, de Prescott en Arizona, a déclaré que l’AV diagnostiqué son fils Andy Zorn ESPT après que qu’il a servi dans l’armée en Irak. L’Agence lui a plus tard diagnostiqués avec dépendance à la marijuana ainsi que la dépression et le trouble bipolaire, dit-elle.

Schindel a dit que son fils utilisait la marijuana pas pour les loisirs, mais comme l’automédication, en particulier pour l’aider à dormir. Il s’est tué à l’âge de 31 ans en 2014, écrit dans sa note de suicide qu’andquot ; la marijuana a tué mon âme andamp ; ruiné mon brain.andquot ;

andquot ; Il m’a dit qu'il a trouvé beaucoup plus difficile d’arrêter de fumer qu’il a pensé qu’il serait, andquot ; Schindel dit. andquot ; Heand #39 ; d acheter et fumer et rincer ensuite le reste. Le lendemain, il l’a acheté again.andquot ;

Les histoires des vétérinaires comme Zorn et blanc ont contribué à alimenter le débat sur savoir si les États et le gouvernement fédéral devraient légaliser la drogue pour le traitement du PTSD. Les législateurs sont plus sympathiser avec vétérinaires comme blanc, malgré l’absence de preuves scientifiques. Alors que certaines études limitées ont montré que la marijuana aide à gérer les symptômes du SSPT à court terme, une autre a suggéré qu'il peut aggraver les symptômes.

Commençant par le nouveau-Mexique en 2009, 10 États ont répertorié PTSD parmi les affections pour lesquelles la marijuana médicale peut être prescrit, selon la Marijuana Policy Project, qui vise à mettre fin à la criminalisation de la drogue. Quelques États plus donner médecins assez large pouvoir discrétionnaire pour recommander pot aux personnes souffrant de PTSD.

Des mesures similaires ont été introduits en Géorgie, Illinois, New Hampshire, New Jersey, Pennsylvanie, Rhode Island et l’Utah. En novembre, le Sénat américain a adopté un amendement qui permettrait aux médecins VA recommander la marijuana médicale de vétérinaires dans les États où Ilet #39 ; s juridiques. La proposition a échoué à la maison.

La loi fédérale exige des essais contrôlés randomisés pour prouver que le médicament est efficace avant que les médecins VA peuvent le recommander. Ces études sont en cours, dont deux financés par le Colorado, où le Conseil de santé d’État qui s’est tenu au large sur la légalisation de la marijuana pour PTSD en raison de l’absence de grandes études.

andquot ; Il sûrement n’existe pas suffisamment de preuves scientifiques à dire aide marijuana SSPT, andquot ; ladite Marcel Bonn-Miller, un professeur de l’Université de Pennsylvanie qui dirige les études adossés à Colorado. andquot ; Mais weand #39 ; ll obtenir un diable de beaucoup plus près pour connaître la réponse à deux ou trois years.andquot ;

Depuis 2002, le pourcentage de PTSD touchés par des anciens combattants qui ont été diagnostiqués avec la dépendance à la marijuana a augmenté de 13 pour cent à près de 23 pour cent, selon les données VA sorties l’année dernière. Qui se traduit par plus de 40 000 anciens combattants.

Officiellement appelée andquot ; consommation de cannabis, trouble, andquot ; la dépendance peut signifier une personne est incapable de dormir ou devient irritable sans la drogue. Il peut aussi signifier la consommation de marijuana a diminué someoneand #39 ; relations personnelles s ou capacité d’occuper un emploi.

Dr. Karen Drexler, le VAand #39 ; s adjoint directeur du programme national de santé mentale pour troubles de la dépendance, a déclaré le potentiel de dépendance est encore une autre raison vétérinaires devraient attendre davantage de recherches.

andquot ; La marijuana peut apporter au début un certain soulagement, andquot ; mais pour ceux d’ESPT, andquot, Ilet #39 ; est très difficile de l’arrêter une fois que vous le démarrez, andquot ; elle a dit. andquot ; il pénètre dans cette cycle.andquot vicieux ;

Elle a ajouté que les effets d’émotion-engourdissement de la marijuana peuvent aussi entraver le traitement le plus efficace pour PTSD : parler de thérapie, dans laquelle des anciens combattants essaient de traiter le traumatisme, ils sont passés par.

Certains anciens combattants et certains médecins sont en désaccord.

Dans le Maine, où la marijuana peut être prescrite pour PTSD, Dr Dustin Sulak, un médecin en cabinet privé, a déclaré médecins peuvent aider vétérinaires gérer leur consommation de marijuana, prévenir la dépendance. Sulak dit aussi pot peut aider les vétérinaires à s’engager dans la thérapie par la parole.

Plus blanc, le vétérinaire de la Pennsylvanie, a dit que c’était son expérience.

Pendant son séjour en Irak, dans le milieu des années 2000, Whiter a dit, il a vu bombes exploser Humvees et les gens get shot. Après avoir obtenu de la maison, l’odeur des hot-dogs déclenchée flashbacks à l’odeur de chair brûlée. La VA finalement lui diagnostiqué PTSD et prescrit des médicaments y compris Klonopin et Zoloft.

Le Klonopin lui a laissé presque incapable de fonctionner, a-t-il dit, et il a décidé d’essayer la marijuana après avoir atteint un point andquot ; où je didnand #39 ; t de soins si j’ai vécu ou died.andquot ;

andquot ; j’ai commencé à vraiment s’engager dans la thérapie chaque semaine et a commencé à être vraiment honnête avec moi-même et faire plus de choses, andquot ; dit plus blanche, qui a ajouté qu’il prend encore quelques Zoloft pour son anxiété. andquot ; j’ai ardue #39 ; t pousser suffisamment que la thérapie est très essentiel dans ce. Ilet #39 ; s weed.andquot pas juste ;


Une paire de: Gratuit

Un article: Verrier du mois : K-Sass

Abonnez-vous à notre liste de courriel
Inscrivez-vous avec votre nom et votre email pour obtenir les dernières proway mises à jour, un accès exclusif à des promotions, des événements de vente, vente de pré-commande et plus !
Se connecter avec Asuwant
Devenez notre fan, suivez-nous et abonnez-vous pour les dernières mises à jour et des offres
QR Code
  • page principale
  • Qui sommes-nous
  • Produits
  • Nouvelles
  • Connaissance de l'industrie
  • Contactez-nous
  • Vos commentaires